la dégustation

Beaujolais : La gourmandise, dans un décor de rêve

Reconnue en septembre 1937, l’appellation régionale « Beaujolais » est la plus emblématique et la plus étendue. Elle représente la moitié de la production annuelle. Entourant le Bois d’Oingt et prolongée au sud, en direction de Villefranche, par un ruban frôlant la Saône jusqu’à La Chapelle-de-Guinchay, cette appellation beaujolaise est la seule autorisée à recourir à une taille « Guyot », palissée sur fils de fer, taillée de 6 à 8 yeux. Profitant dans les années 50 d’une décision réglementaire autorisant les premières mises en marchés anticipées, la gamme Beaujolais est riche de primeurs. Le Beaujolais nouveau tient d’une macération courte et d’un subtil dosage entre les étapes de vinification qui en font un vin frais et friand, aromatique et fruité, gages de son succès. Après le nouveau, les Beaujolais attendent le printemps pour livrer à leur tour leurs saveurs de fruit et leur fraîcheur, idéales pour fêter le retour des beaux jours et ses barbecues, pique-nique…

Brouilly : le charme d’un vin à la française

Très influencé par ses 4 terroirs oscillant du granite rose aux substrats marno-calcaires, le Brouilly livre une robe d’un rubis intense et profond, des arômes plus fruités que floraux avec des évocations franches de petits fruits rouges, de prune voire quelques notes minérales qui restituent le bouquet du gamay. De ses tanins fondus, le cru que façonnent 400 viticulteurs offre finesse et joie. Singularité, aucune des communes de l’appellation ne porte son nom. Le plus étendu et le plus méridional des crus du Beaujolais puise sa dénomination du Mont Brouilly où siégeait Brulius, lieutenant de l’armée romaine.

Moulin-à-vent : Puissant, à vie !

La culture du Moulin-à-vent s’étend sur les deux seules communes de Romanèche-Thorins en Saône-et-Loire et de Chénas dans le Rhône. Autour d’une robe oscillant entre rubis profond et grenat sombre, ce vin libère des arômes floraux et fruités, de violette et de cerise dans ses premières années, empruntant ensuite quelques saveurs communes à l’iris, aux épices et fruits mûrs, voire à la rose fanée, à la truffe, au musc sinon à la venaison. Charpenté et complexe, le Moulin-à-vent est le vin de garde par excellence, jusqu’à 10 ans selon les millésimes. Nourri des arènes granitiques roses et friables appelées gore ou grès, infiltrées de filons de manganèse sans doute à l’origine de ces caractéristiques, le Moulin-à-vent est un vin intense et tannique. On dit de lui, comme pour nombre de crus les plus robustes, qu’avec l’âge, il aurait tendance à « pinoter », se rapprochant ainsi de ses voisins bourguignons par l’évocation d’arômes de cerise propres à ce cépage.

Please verify your information

You must complete the captcha to finish your booking :

Your booking is complete

A detail copy has been sent to your email and also to our staff.